La discrimination aux USA

La discrimination aux États-Unis...

Image: beaubelle – fotolia.com

Aux États-Unis, la qualité du crédit fait foi de tout. Autrement dit, si votre historique financier brille de tous ses feux, vous pouvez obtenir mer et monde. Ça, c’est ce que la publicité tente de vous faire croire. Mais la réalité est quelque peu différente…

La discrimination: souvent colorée…

Il y a quelques années, un homme détenant un excellent emploi au sein d’une importante entreprise située près de chez moi a effectué une demande de prêt hypothécaire. Demande refusée. Il est allé faire la même demande dans une autre banque. Encore refusée. Puis une troisième. Puis une quatrième. Même résultat.

En désespoir de cause, il a présenté sa demande à l’une des institutions financières sollicitées, mais cette fois-ci par Internet. Miracle! Sur la base des mêmes informations, sa demande fut acceptée. Pourquoi? Parce que la division virtuelle de cette banque tout à fait réelle n’a pas pu constater la couleur de sa peau. Noire.

La discrimination: souvent silencieuse…

La discrimination fondée sur la race est omniprésente aux USA, même si elle est moins visible et plus subtile qu’à la triste époque de l’esclavage.La discrimination silencieuse

Des amies de race noire m’ont affirmé que, dans les grands magasins comme dans les minuscules boutiques, elles sont continuellement suivies par un employé. Souriant comme un poteau de téléphone. Muet comme une carpe. Qui ne leur adresse même pas la sempiternelle invitation: « Puis-je vous aider? »

La discrimination: souvent tôt dans la vie…

Dans le sud de la Pennsylvanie (tout juste au nord du Delaware), il y a peu de personnes de race noire mais beaucoup de Mexicains. Ces gens de petite taille et au teint basané souffrent aussi de rejet social.

Généralement, ils occupent des emplois de misère (culture de champignons, tonte de pelouse, récolte de fruits et légumes, etc.). Ils possèdent des automobiles ayant peine à rouler. Ils habitent des maisons où plusieurs d’entre nous n’oseraient même pas remiser leurs outils à jardin. Les enfants mexicains fréquentent l’école publique, mais ne sont pas invités à se mêler aux autres étudiants.

La discrimination: parfois frontalière…

Même les « Blancs » peuvent parfois souffrir de discrimination. Peu après notre arrivée aux États-Unis en 1999, une de nos voisines, sans doute choquée par une discussion houleuse avec la mère de mes enfants, a susurré en notre direction, mais de façon tout de même audible, les charmants mots: « Go back to Canada! ».

La discrimination: parfois inversée…

Simple employé de la ville de Wilmington (Delaware), à 20 minutes de chez moi, un type de race blanche tentait depuis quelques années de se frayer un chemin vers le sommet de la hiérarchie municipale. Sans réel succès. Après réflexion, il commença à croire que le programme mis sur pied par son employeur afin de favoriser l’avancement des minorités visibles agissait en quelque sorte comme un frein à sa propre ambition de grimper les échelons.

Quelques heures après la fin de cette profonde cogitation existentielle, l’avocat de ce pauvre hère intenta une action en dommages et intérêts de plusieurs millions de dollars contre la ville de Wilmington, alléguant discrimination à l’égard de son client blanchissant d’écume.

Le dossier judiciaire fut finalement réglé hors-cour. L’employé reçut un million de beaux billets verts en guise de compensation.

La discrimination: jamais acceptable.

.

Lire
Au sujet de Vincent Allard (39 articles)

Vincent Allard est un avocat spécialisé en droit des affaires. Après avoir émigré aux États-Unis en 1999, il a fondé CorpoMax, qui offre des services de création de société aux USA et dépôt de marque aux USA. Le blog et le podcast CorpoMax lui permettent de partager son expérience américaine et celle de ses milliers de clients, généralement avec une touche d’humour. Il favorise un échange fructueux avec tous ses lecteurs et auditeurs.


  • Marc Regard

    Nous avons en France le même problème, Un blanc de souche Française s’est fait traité de sale blanc par un noir, le tribunal correctionnel devra prochainement prononcer une condamnation à l’égard de cette personne.

    • Et combien de fois la situation inverse s’est-elle produite, sans conséquence judiciaire…?

  • RASOAVELOSON

    Mon Cher Confrère,

    Je vous remercie pour cet aperçu saissant de l’Amérique actuelle.

    Ne soyons toutefois pas pessimistes.

    Prenons exemple sur cet immense Monsieur qui, après 27 années de prison en raison de l’apartheid a su se battre pour obtenir la réconciliation entre Noirs et Blancs en Afrique du Sud: Nelson Mandela.

    J’ai assisté à un concert en son honneur le 18 juillet 2009 au Radio City Hall à New York – où notre première dame de l’époque a participé avec sa french little song.

    Parmi mes souvenirs figure ce melting pot des spectateurs tous enthousiastes, Blancs, Noirs, Latinos..

    Les States sont aussi capables de nous servir ces images-là.

    Bien à vous.

    • J’aime votre optimisme. Espérons qu’il est contagieux!