Intimité américaine

Un sexe absolument...

Image: markus_marb – Fotolia.com

Généralement, lorsqu’un tel titre surplombe un article, le lectorat augmente de façon notable. Si la curiosité n’est pas la mère des vices, elle en est sûrement la belle-mère.

Pourtant, cet article ne devrait pas être tellement long. Car aux USA, du moins dans le coin où je réside, il ne semble pas y avoir un iota de sexe. Rien. Nil. Zéro. Niet. Vacuité totale.

Voyons voir…

 

Intimité fondamentale

Les Américains ne se touchent pas. Ou si peu.

Dès le berceau, on apprend aux jeunes yankees à donner des hugs ou étreintes. Embrasser sur les deux joues comme au Québec, ou sur les trois comme en Europe? Jamais de la vie!

Aux USA, le fait de recevoir un seul baiser, sur une seule joue, constitue en soi un exploit digne de mention. Toute une différence avec les chaleureux contacts qu’entretiennent les Québécois entre eux. Faut dire qu’il fait plus froid au nord de la frontière américaine.

À l’école

À l’école publique qu’ont fréquenté mes enfants, les baisers passionnés entre adolescents pubères sont strictement interdits.

Sans doute avide de cul…ture francophone, un jeune boutonneux avait demandé à ma fille Véronique si French kiss était une expression française ou anglaise. D’un air coquin, elle lui avait répondu: « Ni l’une ni l’autre. Il s’agit en fait d’un mélange des deux langues… »

Retenez aussi que se tenir par la main dans l’environnement scolaire est déconseillé. Dès l’âge tendre, on apprend que toucher est péché.

Au boulot

Au boulot, la rigidité corporelle est de rigueur. Personne n’ose regarder un ou surtout une collègue de travail plus bas que le menton. Sinon une plainte de harcèlement sexuel est aussitôt déposée, notamment contre l’employeur corporatif. Puis, des dommages moraux établis à des niveaux immoraux sont monétairement extorqués.

À la télévision

À la télévision, le puritanisme des descendants de l’Oncle Sam baigne dans un profond dilemme.

Ne cherchez pas un sein découvert, il n’y en a pas. Dans les documentaires touristiques, même lorsqu’une plage de France est filmée du haut des airs et que les baigneurs ont l’air de minuscules fourmis à l’écran, les seins nus sont brouillés.

Pourtant, pendant les émissions cul…turelles de l’après-midi, les animateurs s’évertuent à interroger les gens de petite vertu. Récemment, le thème traité dans l’une de ces émissions était d’une profondeur à faire blêmir de honte Albert Einstein: « Était-elle enceinte de son mari ou du frère de celui? »

Assise entre deux chaises occupées par des frangins plus du tout copains, la confuse jurait que la semence avait été déposée par l’un des frères, pas le beau mais l’autre. Après un simulacre de bataille fratricide, la bombe tant attendue par un auditoire émoustillé explosa enfin. Le test d’ADN, payé par le studio de télévision, révéla que le véritable père de la petite Rebeccca, âgée de six mois, était…

Tard en soirée

Tard en soirée, on atteint le point cul…minant.

La programmation nocturne est entrecoupée d’annonces publicitaires vantant les mérites visuels de vidéos assez particuliers. On y montre de jeunes filles un tantinet libertines, se trémoussant allègrement devant leurs congénères durant le Spring Break ou le Mardi gras de la Nouvelle-Orléans.

Quant aux canaux payants, ils portent bien leur nom. Diverses positions physiques, horizontalement adoptées en toute absence vestimentaire et sans décence élémentaire, font la joie des voyeurs et le bonheur des diffuseurs.

Dilemme

Tous se rappellent du scandale du Nipplegate, immense controverse découlant de l’apparition-disparition inopinée du sein de la chanteuse Janet Jackson durant un match de football américain. Pourtant, personne ne parle du fait que les États-Unis sont le plus important producteur de films érotiques au monde…

Lire
Au sujet de Vincent Allard (39 articles)

Vincent Allard est un avocat spécialisé en droit des affaires. Après avoir émigré aux États-Unis en 1999, il a fondé CorpoMax, qui offre des services de création de société aux USA et dépôt de marque aux USA. Le blog et le podcast CorpoMax lui permettent de partager son expérience américaine et celle de ses milliers de clients, généralement avec une touche d’humour. Il favorise un échange fructueux avec tous ses lecteurs et auditeurs.


  • Andre Monaco

    Amusant, en Belgique 1 bise, en France 2 mais dans certaines région c’est 3, paradoxalement, en montant vers le nord le nombre de bises diminue…. C’est dommage 🙂

  • Raphael

    Les americains on un acronyme que je trouve tres amusant que l’on apprend a connaitre rapidement lorsque l’on vient d’ailleurs: « no PDA » (no public display of affection) ouch!

  • contact@art-of-move.com

    Je confirme la remarque d’André, dans le Sud de la France on peut même passer à 4 bises… (ça occupe quand on arrive dans un groupe….)

    • Biarrote

      Oui mais la plupart du temps, les Français se limitent à deux : une sur chaque joue, cela suffit. Et autre chose, les Français ne s’embrassent pas sur la bouche entre parents et enfants ou autres membres familiaux comme je le vois régulièrement ici au Québec.

  • Daniel Fournier

    Excellent ! Vincent tu décris avec précision ce que j’appelle depuis plusiers années le « Puritanisme pervers des USA ».
    Tu as la plume toute indiquée pour faire de ce sujet un livre qui deviendrait rapidement un Best Seller sauf au pays des intimés. Toujours rafraichissant, merci !

    • Daniel, merci pour tes bons mots! J’aime offrir une vision toute personnelle de la réalité américaine. Bien sûr, je ne possède pas le monopole de la vérité. Mais j’aime bien partager ma perception d’une quelconque situation…

      • Daniel Fournier

        Mon commentaire n’insinuait pas que tu étais en retard, mais que je partagais entièrement ton contenu car tu est pile sur ce point … quelle drôle de société …

      • Melrose

        Oui, bravo, Mr. Allard, vous observez et décrivez bien la société américaine, ceci dit, et pour avoir vécu longtemps en Californie, il me semble que les américains de la côte Ouest sont plus cool que les New Englanders, car certains n’hésitent pas à faire la bise à la française ou à se tenir par la main en se promenant; Ca doit être à cause du soleil…

        • Merci pour vos bons mots!

          Oui, je crois que votre perception de la réalité américaine est tout à fait fondée. Peut-être qu’avec le réchauffement climatique, les gens de la côte est vont augmenter leurs contacts rapprochés 😉

  • daniel beaulieu

    J acquiesse totalement ayant cette chance…de vivre la dualité QC-USA
    Daniel

  • Bernard

    Je serais curieux de savoir, comment les francs-maçons qui sont nombreux aux USA, font ils pour se dire bonjour, alors que leur accolade se font par trois bises ….