Taxes? Pas sûr…

Taxes? Pas sûr...

Image: Steve Young – Fotolia

En 1999, quelques jours après notre arrivée aux USA, j’accompagne la plus jeune de nos adolescentes dans un magasin de bijoux mode, situé dans l’État du Delaware. Le coût du collier convoité s’élève à 9,99 $ US.

Geneviève tend donc 12$ au caissier. Pourquoi douze? Car, dans son jeune esprit de consommatrice, élevée depuis sa naissance dans un contexte d’innombrables ponctions gouvernementales, ma douce progéniture est convaincue qu’une taxe automatique de 15,56% (taux combiné de la TVA canadienne et de la TVA québécoise) s’ajoute au prix de tout bien et service.

Le caissier ne prend que dix dollars et remet même un sou à Geneviève, avec le coupon de caisse indiquant une transaction totale de 9,99 $.

Question fiscale

Celle-ci demande alors: « Et les taxes? ». Le préposé lui répond: « Il n’y a pas de taxe de vente au Delaware ».

Ahurie, abasourdie, confondue, déconcertée, décontenancée, démontée, ébahie, ébaubie, éberluée, embarrassée, estomaquée, étonnée, impressionnée, interdite, interloquée, pantoise, perplexe, renversée, stupéfaite, surprise, troublée: voilà en peu d’adjectifs comment se sent Geneviève, du moins selon ce que révèlent ses yeux écarquillés.

« Comment ça, pas de taxe? ». Geneviève n’en revient pas. Elle pose la question au moins trois fois, convaincue que son ouïe lui joue des tours. La réponse du caissier est patiemment invariable.

Conséquence fiscale

Cette courte révélation fiscale se veut le début d’un long malheur parental.

Durant les cinq ans qui suivent ce triste événement, je suis hebdomadairement condamné à véhiculer mes adolescentes vers ces immenses centres d’achat, abritant des milliards d’objets parfaitement inutiles mais totalement libres de taxe.

Le Delaware

Imaginez la situation: au Delaware, aucune taxe de vente n’est exigée des consommateurs. Que ce soit pour l’achat d’une télévision, une coupe de cheveux, un repas au restaurant, peu importe. Ce minuscule État de la côte est américaine tire ses revenus d’une autre source.

Taxes? Pas sûr...

Le Delaware est l’un des 5 États Américains avec une TVA à 0%. Les autres sont: Alaska, Montana, New Hampshire et Oregon.

Grâce à des lois corporatives et fiscales fort avant-gardistes, le Delaware est un paradis pour la création de sociétés. Donc, tout le monde crée sa société ici. Considérant les entrées faramineuses d’argent provenant de cette source, la taxe de vente n’a pas sa raison d’être.

Dans la région, le marché noir n’existe pratiquement pas. Personne n’a intérêt à sauver des taxes qui n’existent pas. Par conséquent, le gouvernement n’a nul besoin d’inonder les ondes télévisées et de placarder les imprimés d’annonces choquantes, reprochant aux consommateurs de tout faire pour ne pas payer des taxes abusivement élevées.

Au niveau résidentiel, les propriétaires doivent annuellement acquitter une taxe municipale et une taxe scolaire. Toutefois, le montant de ces taxes ainsi que les intérêts sur prêt hypothécaire sont déductibles du revenu annuel.

En d’autres mots, dans notre coin des USA, les taxes sont inexistantes ou, à défaut, déductibles…

 

Lire
Au sujet de Vincent Allard (39 articles)

Vincent Allard est un avocat spécialisé en droit des affaires. Après avoir émigré aux États-Unis en 1999, il a fondé CorpoMax, qui offre des services de création de société aux USA et dépôt de marque aux USA. Le blog et le podcast CorpoMax lui permettent de partager son expérience américaine et celle de ses milliers de clients, généralement avec une touche d’humour. Il favorise un échange fructueux avec tous ses lecteurs et auditeurs.


  • Joseph

    Ça fait rêver 🙂

  • Pascal Fromager

    Bonjour Vincent,

    Je suppose que ce petit coin de paradis doit avoir un
    inconvénient majeur : un prix de l’immobilier astronomique.

    Il en va ainsi chez nous en Europe où les Luxembourg, suisse,
    Jersey, etc … sont des endroits où le
    prix du m2 atteint des sommets et rend ces contrées peu attractives financièrement.

    • Monsieur Fromager, je suis désolé de vous confirmer que cet inconvénient n’existe pas: le prix des propriétés ici est fort raisonnable. Il en va de même pour le taux d’imposition des revenus.

  • Christine Bureau

    Mon nom est Christine Bureau et je suis agente d’immeubles au Delaware. Vous seriez agréablement surpris du rapport qualité-prix des propriétés qu’on y trouve. À titre d’exemple, on peut y dénicher une maison unifamiliale offrant 3 chambres à coucher et 2 salles de bains pour la somme de 200,000$US (pour une surface moyenne de 167m2). N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en savoir plus; je suis avec la firme Keller Williams Realty et mon numéro direct est le (302)355-1823 ou par courriel à l’adresse cbureau@kw.com. Au plaisir de vous faire découvrir le Delaware!

    • Je connais madame Bureau depuis un bout de temps. Et j’ai aussi une cliente qui a utilisé ses services. Madame Bureau est une vrai pro (et, en boni, elle parle notre merveilleuse langue!).

  • Carrie Ballard

    Bonjour Vincent,

    Vous parlez des ‘malls’, non? Le paradis pour les jeunes.

    Comme les grandes entreprises paient la majorité des impôts au Delaware, est ce qu’elles controllent le gouvernement (lobbying and fundraising)? Il y’a t’il un risque que les interets des citoyens prennent deuxième place? The Economist magazine liste Delaware comme Tax Haven #1 aux EU; ce n’est pas a cause des bons prix pour immobilier que les grandes entreprises sont basées lá.

    Carrie Ballard

    • Questions intéressantes… auxquelles je ne peux malheureusement (ou heureusement 😉 pas répondre.

      • Carrie Ballard

        Definitivement heureusement ;-). Bonne journée à vous